Orgelet
Ville > Municipalité > Discours > Inauguration des travaux de la place au vin  

Inauguration des travaux de réhabilitation de la place au vin

DISCOURS de Mme Chantal LABROSSE, Maire d’Orgelet

Samedi 22 octobre 2011

Madame Monnet, réprésentant Madame la présidente de la région Franche-Comté, Monsieur Balland représentant le Président du Conseil Général du Jura, Monsieur le Président des Petites Cités Comtoises de Caractère, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, Mesdames Messieurs,

C'est pour moi un réel plaisir de vous recevoir ici aujourd’hui pour inaugurer les travaux de réhabilitation de place au vin et de la place de l'ancien collège et des rues adjacentes.
Cette place où nous nous trouvons est d'ailleurs tout à fait adaptée pour vous accueillir, puisque cela renouvelle la tradition du Moyen-Age qui était que les échevins reçoivent ici les personnages importants. Ainsi les ducs de Bourgogne Philippe le Hardi en 1377 et Philippe le Bon en 1422 se présentèrent en ce lieu qui, à l'époque n'était pas encore une place, mais une des portes de la cité.

Ce lieu est également emblématique pour la municipalité puisque la tour carrée, que l'on voit toujours aujourd'hui au nord-est, a servi de maison de ville jusqu'au 18ème siècle : dans une chambre haute se réunissaient les échevins, alors que le bas de la tour était occupé par les prisons. Lorsque l'hôtel de ville fut déplacé dans le bâtiment qui abrite encore actuellement la mairie, la tour et la maison attenante furent transformées en collège.

A l'emplacement du café de Paris avait été construit en 1292 l'hôpital du Saint-Esprit, où étaient reçus et soignés les malades. Incendié par les Français comme une grande partie de la ville en 1637 et 1639, durant la guerre de Dix Ans, l'hôpital de sera jamais reconstruit.
Après la conquête française, les murailles furent démolies et leur matériaux réemployés pour la construction de maisons neuves au pourtour de ce qui va devenir la place actuelle.

Celle-ci prit le nom de place au vin parce que, les jours de foires et de marchés, elle était le lieu de vente des vins amenés par les producteurs ou les voituriers. Particuliers, aubergistes et marchands s'y approvisionnaient, moyennant un « droit d'encavage » prélevé par la municipalité dont c'était une ressource importante.

L'hôtel de la Croix Blanche, où s'arrêtaient les diligences, occupait une des belles maisons au nord.
C'est de là que partait la numérotation des maisons d'Orgelet mise en place au XVIIIe siècle puis reprise et modifiée sous le premier Empire.
Peu de temps avant la Révolution, une fontaine fut établie au milieu de la place ; jugée trop exposée aux vents, elle fut, sous le Consulat, déplacée au joignant de la tour, avant de reprendre sa place centrale beaucoup plus tard. Elle fut ornée en 1889 par la statue que l'on voit encore aujourd'hui, acquise par la municipalité pour la somme de 500 Francs.

Depuis longtemps, la place ne reçoit plus les foires. Avec le développement de l'automobile, la place était devenue petit à petit une zone de parking. L'ampleur croissant du trafic routier rendait dangereux le carrefour avec la route qui vient de Moutonne. Dans les années 90, le détournement de cette route vers le rond-point aménagé devant l'église a amélioré un peu la situation, mais l’étroitesse du passage au coin nord de la place au Vin empêchait toujours les poids-lourds de se croiser.

Ce « point noir » de la circulation est un des arguments avancés par la municipalité pour obtenir une déviation d’Orgelet. Malgré de nombreux de projets élaborés depuis trente ans, le Conseil Général, effrayé par les coûts considérables d’un tunnel ou d’un long contournement par le sud, n’envisage toujours pas de déviation globale de l’agglomération.
Devant cette situation, la municipalité a acquis la maison au coin de la place, avec l’objectif de sa démolition afin de sécuriser le passage. Cette opération s’est intégrée dans un projet global d’urbanisme pour le quartier.

En effet, dans le cadre de son adhésion aux « petites cités comtoises de caractère », Orgelet s’est engagée depuis 2004 dans une démarche d’urbanisme originale : le Schéma d’Aménagement Urbain de Caractère. Grâce à un guide méthodologique élaboré par l’association des petites cités comtoises de caractère, cette démarche a permis à la municipalité de mettre en place un programme d’urbanisme sur le long terme.
Orgelet a été la « cité test » de la mise en œuvre du premier Schéma d’Aménagement Urbain de Caractère dont la première phase fut la réhabilitation, en 2005, de la place du Bourg de Merlia. La seconde phase de ce schéma est la réhabilitation de la place au Vin et de ses abords.
Celle-ci devait répondre à trois objectifs : en premier lieu la rectification du virage de la rue des Fossés pour améliorer le transit des poids-lourds, ensuite la reprise de tous les réseaux (eau, assainissement, électricité, téléphone), et enfin la réhabilitation de l’espace public et réorganisation des sens de circulation et des zones de stationnement.

En concertation avec l’architecte conseil des Petites Cités Caractère, après un appel à candidature, le cabinet « l’Atelier du Triangle » a été retenu comme maître d’œuvre.
Le projet privilégie l'espace du piéton sans exclure totalement la voiture qui reste un élément important au niveau de la vie quotidienne des commerces. La circulation automobile à l’intérieur de la ville est désormais plus contrainte par des largeurs de voiries rétrécies et la mise en place de protection pour les piétons Le sens de circulation a été modifié : la place au Vin est désormais en sens unique avec distribution par la rue du commerce et la place de l’ancien collège ; ne participant plus à la desserte générale, cet espace n'est plus tentant pour les véhicules occasionnels.

La place peut aussi désormais servir de lieu pour une manifestation culturelle ou une organisation festive sans pénaliser le fonctionnement du reste de la ville.
Le projet permet de dégager un espace de convivialité pour les promeneurs et d'améliorer la qualité de vie des habitants tout en préservant l'activité de service et de commerce existante, en particulier avec la réalisation d’une large terrasse pour l’activité du café.

La modification du virage de la route départementale permettant ainsi l'élargissement des trottoirs n'a pas pu être réalisé dans les délais prévus, mais ces travaux devraient être réalisés dans un proche avenir en concertation avec le Conseil Général puisqu'il s'agit d'une routé départementale. Cependant, la démolition du pignon du bâtiment a été effectué, nécessitant un renforcement de la façade restante avec la mie en place de contrefort avec chaînage horizontaux au niveau des planchers. Des plantations pourront trouver une place au pied du nouveau pignon afin de rendre plus attrayant l'espace entre les contreforts.
A ces travaux initialement prévus se sont ajoutés la réfection de la rue de la Glacière et celle du chemin du Mont-Orgier,

Le montant de l'opération s'élève à 932 536 € TTC. La commune devrait percevoir une subvention de 115 000 € de la part du Conseil Régional ; elle en a déjà reçu 92 000 et el solde devrait être versé prochainement au vu des dernières factures. Nous remercions très sincèrement la Région Franche-Comté qui soutient pleinement les Schéma d'Aménagement Urbain de Caractère, car cette démarche s'inscrit dans ses critères d'aménagements qualitatifs et innovants, destinés à renforcer l'attractivité du territoire en valorisant les communes possédant un patrimoine architectural et naturel caractéristique de la Franche-Comté. La Région a ainsi créé un fonds régional en faveur de l'aménagement urbain, exclusivement réservé aux Petites Cités Comtoises de Caractère ; celui-ci a permis d’obtenir des subventions à la fois sur l'étude préalable et sur les travaux d'aménagement urbain qui s'y rapportent.
Nous remercions également le Conseil Général du Jura qui nous a accordé une subvention de 39 984 € dans le cadre de la suppression des points noirs paysagers.

La municipalité remercie également le maitre d'œuvre, l'Atelier du Triangle, en la personne de Monsieur Gaudin et de ses collaborateurs, en particulier Monsieur Charrion qui a suivi les travaux. Je remercie aussi toutes le entreprises qui ont participé aux travaux : la SJE ainsi que l'entreprise Petitjean pour les VRD, FCE pour les plantations, ETDE pour l'éclairage public, SNTP et Meynier pour la maçonnerie, Mariller pour la charpente, Atout Services pour le désamiantage, Lespinat pour l'isolation des façades, TTS pour la restauration de la statue ainsi que les bureaux d'études géologiques et de structures et VRD, le coordinateur SPS et le bureau Veritas.
Je remercie également François Bonneville, président de l'ASPHOR pour la documentation historique de cette place. J'espère n'avoir oublié personne.

Comme d’habitude dans des projets de cette envergure, le plus délicat fut de lutter contre le scepticisme de certains habitants, les craintes et l’agacement des riverains que nous remercions pour leur patience, en espérant qu'ils soient aujourd'hui satisfaits de l'aboutissement des travaux.

En effet, au final, ce résultat est plaisant et correspond en grande partie aux objectifs initiaux. Il faut désormais laisser le temps à la végétation de prendre ses marques et trouver un moyen d’égayer le pignon et les contreforts qui remplacent la maison démolie.

J'espère personnellement que ce projet a amélioré le cadre de vie de mes concitoyens toute en renforçant la sécurité routière, et qu'il a accentué l'attractivité de notre petite cité en réhabilitant son patrimoine architectural. Je souhaite que cette inauguration soit la première des nombreuses manifestations qui pourront désormais être accueillies ici dans d'excellentes conditions.

Encore une fois, j'exprime ma gratitude au Conseil Régional et le Conseil Général pour leur aide financière, aux entreprises qui ont participé aux travaux ainsi qu'aux riverains pour leur patience. Je remercie également les PCCC pour leur présence aujourd'hui, car il va sans dire que sans notre appartenance à cette association, nous n'en serions pas là.

Je vais d'ailleurs laisser la parole à son président, avant de la passer à Monsieur Balland puis à Mme Monnet.
Ensuite de quoi je vous invite désormais à prendre le verre de l'amitié à l'Espace Marie Candide Buffet, notre avant-dernière réalisation.

Merci de votre attention.

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu